En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.
Thérapeute Énergétique – Magnétisme – Hypnose – Médium

Mon Histoire 6


Il pleure sur mon épaule, mon amour, je pleure aussi quand je sais qu’il va s’en aller, il ne veut pas le dire, ne pas se le dire, mais je l’entends si fort, il dit « attends-moi » et il pleure parce qu’il sait qu’il est obligé de partir, il voudrait que je l’attende et moi je pleure aussi parce que je ne sais pas s’il reviendra, ça paraît si loin, comme s’il partait à la guerre en quelque sorte. (S’il y en a un qui avance spirituellement et l’autre pas au même rythme, ça fait un cheval boiteux.)
Tu revis sans cesse ce que tu as déjà vécu, j’ai envie de la secouer, de secouer cette fille qui m’est étrangère et qui est moi pourtant.
Elle est butée, si tu savais, parfois, mais pour aimer, il faut aussi s’aimer soi-même. Et pour s’aimer soi-même, tu as besoin d’un amour de début de vie, une mère aimante, et là, tu te retrouves les quatre fers en l’air en général si tu n’as pas eu cette mère-là, le cœur à l’envers parce que, simplement, tu as dû te construire toute seule. Tout seul. Au milieu de la violence.
Et ensuite tu pleures parce qu’il s’en va, parce qu’elle s’en va, comme est partie ta mère, ton premier amour.
Tu n’as jamais fini de pleurer parce qu’ils s’en vont tous, tous ceux que tu aimes, vu que tu n’as rien compris encore, juste que tu revis, tu LE revis, et si tu veux comprendre avant de mourir, t’as intérêt à te dépêcher.
De comprendre.
Et tu comprends pendant tout ce silence thérapeutique, que c’est exactement ce qui t’arrive, tu reproduis, mais l’autre aussi. Sa souffrance, ta souffrance se font toujours écho, et si tu ne sors pas de ce cercle vicieux, tu le rencontres jusqu’à ce que tu en décides autrement.
C’est ainsi qu’ils sont tous partis, ma mère en premier. Mes amours ensuite. Tous ceux que j’ai aimés sont partis, m’ont rejetée.
La route se découvre, s’ouvrant devant toi comme un gouffre.

Mais, cette route est propre.
Cette route est saine.
Cette route est LIBRE.
Et il n’est jamais trop tard.

Tu fais un rêve. Le rêve qui te dit exactement où tu en es : Une petite fille dans une cave.
Elle a les yeux bandés, les mains liées. Elle souffre, mais ne se plaint pas.
Arrive un homme très sage, elle sent sa sagesse, la petite fille, elle écoute. L’homme s’approche doucement d’elle, et lui murmure à l’oreille. Des choses douces. La petite fille n’a plus aucune peur. Elle s’abandonne dans la confiance à cet homme qui respire la bénédiction. Il lui délie les mains. Gelées les mains. Puis pour le bandeau sur les yeux, il lui dit avec une gentillesse extrême : « je ne peux pas t’enlever ton bandeau trop vite, petite, sinon tu vas être complètement éblouie, et tu en souffriras » 

Le bandeau s’est enlevé progressivement, il a mis une dizaine d’années. Peut-être plus.
C’est le signe que tu te positionneras toujours, de mieux en mieux, et ton cœur s’ouvrira, tu cesseras de penser avec ta tête, et n’agiras plus qu’avec le cœur. Tu auras compris.
Ton cœur seul te ramène à la Maison, rejoindre ton âme, qui est Celle de Dieu.
Ce que j’ai appelé le Pont. De l’ego vers le Cœur.
Qui serais-tu sans ton histoire ?


La suite de mon histoire...